Je commence par raconter une histoire que je ne pense pas que beaucoup de gens connaissent : cette année, la réalisation de l’événement a été mise à l’épreuve par des événements internationaux liés au terrorisme. Malgré le fait que beaucoup nous aient conseillé d’annuler l’événement par les menaces potentielles d’attaques terroristes, nous avons décidé de ne pas nous incliner devant cette guerre de la terreur et de montrer comment une nourriture bonne, propre et juste pouvait unir les gens et être un moyen de parvenir à la paix. Je dois dire que ce choix a payé tous nos efforts : plus que 200 délégués du Réseau Slow Food sont venus de tout le pays et des pays voisins, même à travers les zones déclarées rouges, pour être présents à l’événement, qui s’avère être l’un des principaux événements qui rassemblent les producteurs d’Afrique de l’Ouest et qui a vu la présence de plus que 800 participants.

Après la première édition en 2017, la deuxième édition de Terra Madré Burkina Faso tenue les 2 et 3 Février 2019 à la Maison du peuple Ouagadougou a été une immense opportunité offerte encore aux communautés, aux consommateurs et autres personnes actives dans le consommer local de se rencontrer, de découvrir, de redécouvrir, de présenter et valoriser les diversités d’environ 100 produits locaux de la gastronomie traditionnelle, mais aussi d’avoir des cadres de partage de connaissances et expériences.

Consommation locale et protection de la biodiversité, le thème de cette édition, s’est avéré très pertinent au regard de l’importance de la valorisation des produits locaux dans un monde de plus en plus dévastateur voire ravageur.

La visite de 40 stands, la dégustation des mets locaux de 5 différentes Payses et les cadres d’échange dans trois panels et projection de film ont permis de voir et de mettre en évidence cette nécessité de comportement et de réflexe éco gastronomique cher à Slow Food dans le but de préserver et promouvoir un monde riche de sa diversité : une diversité portée par nos communautés locales à travers les petits producteurs.

Je me réjouis en tant que président du Comité d’organisation, mais aussi coordonnateur national Slow Food Burkina et Conseiller international Slow Food pour l’Afrique de l’Ouest d’avoir apporté ma modeste contribution dans l’organisation de ce grand évènement, mais aussi d’avoir vécu ces merveilleux moments de visites et d’échanges très édifiants et interpellateurs sur notre manière de considérer les produits locaux.

Deux faits majeurs à cet évènement méritent d’être soulignés : Burkina Faso a entrée officiellement dans le projet international de l’Alliance de Cuisiniers de Slow Food (déjà en 20 pays), et a lancé 50 nouvelle communautés Slow Food. Ça remarque comme le réseau Slow Food du pays est dynamique et orgueilleuse de marquer leur appartenance à la philosophie du bon, propre et juste.

Nous devons tous en tant que consommateurs une reconnaissance bien méritée à tous ces braves producteurs, transformatrices, cuisiniers et communautés pour les efforts énormes consentis chaque jour pour donner toujours de la valeur à la biodiversité. Par exemple à la communauté Gourmantché de la Tapoa, au Burkina, qui produit le miel de Tapoa, le produit que Slow Food vient de déclarer le 5000e produit sur l’Arche du Goût, un message fort de solidarité avec le réseau burkinabé.

Il convient donc enfin de rendre un vibrant hommage à toutes ces vaillantes communautés de petits producteurs et de partenaires venus du Burkina Faso, mais aussi des Cinq pays de l’Afrique de l’Ouest que sont le Benin, la Cote D’ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo avec cette diversité de produits locaux de grande valeur.

Je voudrais exprimer toute notre gratitude à tous ces visiteurs, consommateurs, panélistes, modérateurs et autorités dont la présence, la disponibilité et les contributions précieuses ont renforcé l’éclat de cet évènement. Merci encore à Slow Food international pour le soutien multiforme et aux Fondations pour l’Afrique Burkina Faso pour l’accompagnement, sans oublier la Fondation Cultures of Resistance Network pour leur grand soutien aussi que la valorisation de notre travail à travers le film « Burkina Bounty »!

A toutes et tous un grand merci !!

Vive la famille Slow Food !!

En avant pour le bon le propre et le juste !!!

Jean Marie Koalga

Terra Madre Burkina Faso (IIème Edition) a été réalisé sous l’égide de la Mairie de Ouagadougou et grâce au soutien des Fondations pour l’Afrique Burkina Faso et la Fondation Cultures of Resistance Network.

Consultez l’article original… www.slowfood.com

Pour tout renseignement…

N’hésitez-pas à nous contacter pour toute question sur le mouvement Slow Food pour une alimentation bonne, propre et juste.

Pin It on Pinterest

Share This