Le conseil d’administration est composé de neuf membres dont le genre, l’âge et la région géographique d’origine sont équitablement répartis.

 

Après un processus de consultation approfondi, le réseau Slow Food Food Indigenous Terra Madre * (ITM) a créé un groupe de direction mondial de leaders autochtones. Le Conseil consultatif de l’ITM est composé de sept membres représentant toutes les régions du monde, plus les deux conseillers de Slow Food International pour le réseau des peuples autochtones.

L’objectif principal du Conseil consultatif est de mettre en œuvre la feuille de route de l’ITM pour 2020 et de développer la vision stratégique de l’ITM en accord avec les valeurs de Slow Food. Il s’efforcera ensuite de renforcer le réseau de Slow Food et de créer des ponts avec de nouvelles communautés, tout en parlant d’une seule voix au nom de tous les peuples autochtones membres du réseau.

La création du Conseil consultatif de l’ITM est une étape clé dans le renforcement du réseau de l’ITM et fait partie d’un projet de trois ans financé par le FIDA (Fonds international de développement agricole), dans le but de donner aux jeunes autochtones et à leurs communautés les moyens de défendre et de promouvoir leur patrimoine alimentaire. Le projet créera et renforcera également 10 Sentinelles autochtones et impliquera activement les jeunes dans sa mise en œuvre en Argentine, au Brésil, en Colombie, en Équateur, au Mexique et au Kenya.

Voici la liste des 9 membres par région géographique :

AFRIQUE

Margaret Tunda Lepore, membre du peuple Massaï, elle collabore actuellement avec Slow Food pour conserver et promouvoir le mouton rouge Massaï, une race locale. Margaret joue un rôle clé dans la promotion de la préservation des pratiques culturelles positives au sein de la communauté Massaï. Elle est titulaire d’un diplôme en études du développement de l’Université de Busoga en Ouganda et d’un Master en études internationales de l’Université de Nairobi. Ayant vécu et été témoin des défis auxquels sont confrontées les communautés minoritaires au Kenya, elle a réalisé que ces communautés devraient être soutenues pour s’assurer que leurs droits à la terre et aux ressources naturelles soient protégés et que leurs voix soient entendues.

Nicolas Mukumo Mushumbi – Conseiller international pour le Réseau autochtone. Nicolas est membre du peuple Bambuti de la forêt du Kivu au nord-est de la République Démocratique du Congo, Nicolas est coordinateur\leader de la Sentinelle Slow Food Goma Karisimbi et membre actif de l’Arche du Goût et de 10.000 Jardins en Afrique. Il fait partie du Comité directeur qui a organisé l’événement Terra Madre Great Lakes et s’est engagé à défendre les droits des peuples autochtones en RDC, à promouvoir l’utilisation durable des ressources, à s’opposer à l’accaparement des terres et à utiliser la nourriture comme moyen de consolidation de la paix entre les communautés.

EUROPE

Anneli Jonsson, du peuple Idre Sámi Sita de Suède. Anneli est la présidente du Convivium Slow Food Sápmi, qui a accueilli en 2011 la première édition de Indigenous Terra Madre à Jokkmokkk. En 1990, les terres de la zone d’élevage de rennes Sami la plus méridionale a été revendiquée devant la justice par des propriétaires terriens, ce qui a effacé la présence historique des Samis dans la région. L’activisme d’Anneli a permis aux éleveurs de rennes d’apprendre l’économie et la gestion des affaires dans l’économie des rennes et a conduit à la création d’un centre Sami pour l’éducation à l’abattage industriel et traditionnel des rennes et des wapitis, avec une licence du Ministère de l’Agriculture suédois, en coopération avec l’association des chasseurs suédois Svenska Jägareförbundet.

L’AMÉRIQUE LATINE ET LES CARAÏBES

Dalí Nolasco Cruz, du peuple Nahua de Tlaola de l’Etat de Puebla au Mexique. Elle est un membre actif de Slow Food au Mexique pour la défense et la promotion des graines créoles, de la nourriture, des territoires et de la biodiversité indigène. Elle dirige le Slow Food Tlaola Kukukuk Convivium et coordonne le Tlaola Serrano Chili Pepper Slow Food Presidium. Elle est directrice de l’organisation interculturelle Timo’Patla A.C. et de Mopampa, un réseau d’entreprises d’économie sociale et solidaire de femmes autochtones. De plus, Dali facilite les formations pour les femmes, les jeunes et les enfants sur des sujets tels que les droits, le genre et l’interculturalisme.

MELANESIE

Joel Simo, membre actif du mouvement Slow Food dans la promotion des systèmes d’irrigation traditionnels afin d’accroître l’intérêt des populations locales pour leurs systèmes agricoles traditionnels, qui fonctionnent bien depuis des milliers d’années. Joel a joué un rôle clé dans l’organisation du Tupunis Slow Food Festival en 2016. Diplômé de l’Université nationale australienne, Joel dirige actuellement le Bureau de la terre et des langues du Centre culturel de Vanuatu, travaillant principalement avec les communautés locales de Vanuatu et de la région de Mélanésie sur les questions foncières et linguistiques. Il travaille dans la région depuis plus d’une décennie pour sensibiliser le public à l’économie traditionnelle et à l’importance de la terre dans la vie des populations autochtones, ainsi qu’aux questions liées à la résilience, à la souveraineté et au changement climatique dans les États insulaires.

ASIE DE L’EST

Dai Kitabayashi, animateur de Slow Food Ryukyu. Dai a développé un réseau de producteurs et de consommateurs d’aliments locaux en organisant le Slow Food Festival à Okinawa, au Japon.

ASIE DU SUD-EST ASIE

Raja Sharma Rymbai, membre du peuple Jaintia de Meghalaya, Inde. Il est titulaire d’une maîtrise en culture alimentaire et communication de l’Université des sciences gastronomiques de Pollenzo, en Italie, et travaille actuellement chez Slow Food International pour soutenir le développement du réseau Slow Food en Inde. Il a contribué à mettre en valeur le travail des cuisiniers et chefs autochtones au sein de la Alliance Slow Food des Cuisiniers. Il s’est engagé à défendre les droits des peuples autochtones en Asie du Sud-Est en travaillant avec les jeunes et les communautés alimentaires pour promouvoir la soutenabilité et l’amélioration des moyens de subsistance par l’usage des connaissances autochtones.

TURTLE ISLAND, CANADA et ETATS-UNIS

Denisa Livingston – Conseillère internationale pour le Réseau autochtone. Denisa est un membre du peuple Diné, et représente l’hémisphère Nord. Denisa est membre du comité directeur de la Slow Food Turtle Island Association et s’est engagée à lutter contre l’épidémie de diabète (avec des activités de plaidoyer et de sensibilisation), la culture alimentaire malsaine dominante et le manque d’accès à une alimentation saine dans la nation Navajo. Elle est membre de plusieurs organisations associant les thèmes des jeunes agriculteurs, du sucre et du diabète, de la vérité autochtone, etc.

Melissa K. Nelson, Anishinaabe, Cris, Métis et Norvégien, et fier membre de la bande indienne Chippewa de Turtle Mountain. Elle est partenaire du projet Slow Food Renewing America’s Food Renewing America’s Food Traditions (RAFT) et membre fondateur de la Slow Food Turtle Island Association. Melissa est professeure d’études amérindiennes à la San Francisco State University et présidente-directrice générale de The Cultural Conservancy, une organisation de défense des droits des autochtones qu’elle dirige depuis 1993. Elle milite pour les droits et la revitalisation des autochtones, la protection du patrimoine bioculturel et la justice environnementale, la solidarité interculturelle, le renouvellement et la célébration de la santé communautaire et des arts culturels. Elle a été impliquée dans le mouvement alimentaire amérindien en Amérique du Nord et dans le mouvement pour la souveraineté alimentaire autochtone à l’échelle internationale.

*Indigenous Terra Madre (ITM) : est un réseau de communautés, partenaires et organisations autochtones. Il est né du réseau Terra Madre pour faire entendre la voix des peuples autochtones au premier plan du débat sur l’alimentation et la culture, pour institutionnaliser la participation des peuples autochtones au mouvement Slow Food et à ses projets, et pour développer des réseaux régionaux et mondiaux. Depuis le début, le FIDA (Fonds international de développement agricole) et le Christensen Fund ont soutenu la croissance et le renforcement du réseau. Aujourd’hui, l’ITM implique des milliers de personnes dans plus de 370 communautés dans 86 pays à travers le monde. Plus de 750 produits indigènes sont déjà sur l’Arche du Goût et les communautés indigènes gèrent plus de 50 Sentinelles Slow Food. Plusieurs chefs autochtones sont actifs au sein de la Alliance Slow Food des Cuisiniers.

Pin It on Pinterest

Share This