Pour la 4e édition des « Koudou du Faso », un événement gastronomique organisé par Oxfam Burkina qui s’est tenu du 27 au 29 octobre 2017 à Ouagadougou pour la valorisation des produits locaux et la promotion des mets burkinabè, Slow Food au Burkina Faso a rencontré un grand succès.

Grace au soutien des Fondations pour l’Afrique Burkina Faso, Slow Food au Burkina Faso a participé activement à l’événement : durant 3 jours, ont exposé et concouru sous la bannière Slow Food la communauté de la nourriture de Dori (préparation du Gapal, une boisson des Peuls au lait caillé, petit mil et dattes du désert), les femmes transformatrices de la Sentinelle de l’igname d’Arbollé, et les cuisinières des restaurants « bons, propres et justes » : les Merveilles de la Savane, Delwendé et Somyiri.

Cette participation inédite à un événement gastronomique a permis à Slow Food au Burkina Faso de se distinguer tant par la qualité et l’originalité de ses mets que par la force de son réseau.

Nombreux ont été les prix, à commencer par la Sentinelle de l’igname d’Arbollé qui a remporté le second prix des produits bruts. C’est une reconnaissance importante pour cette variété unique, cultivée dans les 7 villages d’Arbollé et recherchée pour ses qualités gustatives.

« Nous sommes très contentes d’avoir été récompensées, la prochaine fois nous ferons encore mieux pour avoir le premier prix : nous devons mieux valoriser l’igname d’Arbollé et chercher à le transformer » a noté la présidente du groupement, Dianda Pabèdiyam.

Le restaurant le Delwendé a quant à lui remporté le premier prix des entrées, grâce à la salade au moringa. L’une des co-fondatrices du restaurant, Franceline Tarnagda, collabore avec Slow Food depuis quelques années pour la valorisation de la biodiversité locale.

“J’ai connu Slow Food suite à ma première participation aux Koudous du Faso – a expliqué Franceline Tarnagda, également Présidente de l’Association Femmes d’Avenir, cuisinière à Terra Madre Burkina Faso et pour le livret De la terre à la table. J’ai vu que la philosophie de Slow Food correspond à celle de notre association, alors nous avons adhéré au mouvement. J’ai appris que l’igname d’Arbollé est en voie de disparition, et je n’avais jamais vu cette variété d’igname là. Nous sommes complémentaires, et nous devons continuer à développer ensemble les synergies entre les producteurs et les restaurateurs pour valoriser ces mets qui ne sont pas très connus de la population.Slow Food au Burkina Faso récompensé aux « Koudou du Faso » !

Toujours dans la catégorie des entrées, le restaurant de Yako « les Merveilles de la savane » a remporté le second prix pour la préparation du Guelboom, un plat concocté à base de farine de petit mil, de jus de bikalga, de soumbala, de poisson fumé, d’ail, d’oignon et de tomate fraîche.

La cuisinière et membre active du convivium de Yako, Safietta Nabaloum, nous raconte : « Je dédie ce prix à Slow Food qui nous permet d’être plus visibles et de faire connaître nos mets traditionnels. Je cuisine les plats locaux pour amener les gens à s’intéresser à ce que nous produisions chez nous et à les consommer ; depuis quelques années notre restaurant est plus fréquenté, c’est donc un bon signe pour notre biodiversité ! »

Les prix sont aussi une belle victoire dans un contexte de campagne internationale de Slow Food, « Le changement au menu», qui invite chacun à agir à son niveau contre le réchauffement climatique, en le liant à la production et à la consommation alimentaire.

Pin It on Pinterest

Share This