Du 29 août au 2 septembre, les représentants du réseau Slow Food des jeunes Européens (Slow Food Youth Network) se sont réunis en Bavière, en Allemagne, pour planifier des actions politiques communes à l’échelle de l’UE et définir des méthodes concrètes pour un avenir plus durable et un système alimentaire durable. Il s’agissait de la plus grande réunion du réseau à ce jour.

 

Par le biais de nombreux ateliers et des discussions animées, 60 jeunes entre 16 et 35 ans ont abordé les défis auxquels notre système alimentaire est aujourd’hui confronté. Engagés pour une nourriture bonne, propre et juste aussi bien dans leur vie privée que professionnelle, les militants du SFYN sont venus de 16 pays européens : L’Albanie, l’Allemagne, l’Arménie, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la France, l’Italie, la Macédoine, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Russie, la Slovaquie, la Suède et la Suisse.

« La lutte contre le changement climatique et le gaspillage alimentaire, la prévention de la perte de biodiversité, et la volonté de créer un système alimentaire positif ne sont pas de petits objectifs. Le réseau SFYN est convaincu que les actions locales peuvent entraîner un changement de grande ampleur. Une réunion telle que la notre est une incroyable source d’énergie qui nous rappelle que nous sommes nombreux, et ensemble, prêts à changer le monde », a déclaré Valentina Gritti, Coordinatrice monde du SFYN.

Le SFYN a concentré ses discussions sur les manières de mieux promouvoir un système alimentaire durable en Europe, de rendre notre vie quotidienne plus favorable au climat tout en protégeant les ressources, et de protéger les espèces.

Yael Pantzer, membre du bureau européen de Slow Food, était l’une des intervenantes de la réunion. Elle a évoqué l’importance des politiques européennes dans notre vie quotidienne, en expliquant le rôle de Slow Food dans les discussions politiques autour de l’alimentation et de l’agriculture à l’échelle de l’UE.

« Les institutions de l’UE travaillant en continu sur des politiques liées à l’agriculture, la sécurité alimentaire, le bien-être animal et l’environnement, il est essentiel pour les militants de savoir qu’il existe des moyens d’influencer les décisions et d’exprimer nos positions aux plus hauts niveaux. Au bureau européen à Bruxelles, nous travaillons d’arrache-pied au quotidien pour faire en sorte que la voix de Slow Food soit entendue par les décideurs politiques de l’UE. Cela se traduit par des lettres, des réunions, des évènements ou encore des actions de protestation. »

La réunion du SFYN en Allemagne était une formidable occasion d’impliquer les jeunes militants dans l’organisation d’actions politiques communes, les Journées d’action européennes pour une bonne alimentation et une bonne agriculture. En octobre, pour la deuxième fois d’affilée, Slow Food Europe unira ses forces avec d’autres groupes de la société civile pour exhorter les décideurs politiques à construire un système alimentaire et agricole meilleur. Le SFYN participera également à cet évènement d’ampleur européenne.

Organisée à l’exploitation agricole écologique Herrmannsdorfer Landwerkstätten, la réunion du SFYN était ponctuée d’ateliers pratiques tels qu’une excursion sur les herbes sauvages, des ateliers de cuisine pour confectionner des pâtes, des boulettes farcies, des bretzels et du beurre, ou encore la visite de sites de production alimentaire.

Indre Anskaityte, Slow Food Europe
Sharon Sheets, Slow Food Allemagne

Pin It on Pinterest

Share This