Quelques mois se sont écoulés depuis les élections européennes de mai, mais la formation du nouveau gouvernement des institutions européennes est loin d’être complète. En septembre, lorsque les nouveaux députés et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission fraîchement élue, gagneront Bruxelles, tous auront l’immense tâche de former et approuver la nouvelle Commission. En attendant, la nouvelle commission de l’agriculture et du développement rural (AGRI) doit déterminer l’avenir de la Politique agricole commune (PAC) pour l’après 2020.

Chaises musicales à la Commission

À la mi-septembre, la nouvelle présidente de la Commission annoncera une liste de 28 (ou 27 si le Royaume-Uni quitte l’UE) nouveaux commissaires potentiels. Les États membres ont pour tâche d’identifier les candidats et portefeuilles dont ils souhaitent être responsables au sein de la Commission pour les cinq prochaines années. Avant de siéger, les candidats doivent être rigoureusement auditionnés par le Parlement.

Plusieurs noms circulent déjà pour des postes clés, d’importance capitale pour les politiques alimentaires et agricoles. Un média bruxellois révèle que l’actuelle commissaire à l’économie et à la société numériques, la Bulgare Mariya Gabriel (affiliée Parti populaire européen) pourrait prendre la tête de la prochaine commission de l’agriculture et du développement rural. En parallèle, l’Irlandais Philip Hogan (Parti populaire européen), actuellement à ce poste, pourrait briguer le portefeuille du commerce, d’une importance toute particulière si le Royaume-Uni quitte effectivement l’Union.

Pour le moment, aucune information n’indique qui devrait reprendre les portefeuilles du Lituanien Vytenis Andriukaitis (Socialistes et démocrates), en charge de la santé et la sécurité alimentaire et du Maltais, Karmenu Vela (Socialistes et démocrates), en charge de l’Environnement.

Bien que les gouvernements nationaux suggèrent généralement leur candidat à un poste particulier, les Verts ont fait la demande pour le moins inhabituelle d’investir au moins quatre commissions en échange de leur soutien à Von der Leyen. Reste à savoir combien de postes obtiendra le groupe écologiste. Pour le moment, le groupe politique se retrouve sans poste-clé dans la course aux commissions, malgré un bond remarquable lors des élections européennes. Il semble difficile pour les Verts d’obtenir quatre portefeuilles dans la nouvelle Commission, puisqu’aucun des pays de l’Union n’a élu de gouvernement écologiste.

Au Parlement de décider de l’avenir de la PAC

Cet automne ne sera pas non plus de tout repos pour le nouveau Parlement. La hautement controversée réforme de la PAC sera de nouveau débattue car la commission AGRI doit encore décider ce qu’elle fait du dossier.

Juste avant les élections européennes, l’ancienne commission AGRI avait voté contre la majorité des amendements proposés par la précédente Commission de l’environnement du Parlement (ENVI). Ces amendements comprenaient des propositions telles que l’augmentation des subventions à l’agriculture raisonnée et la suppression des aides à l’élevage intensif.

La nouvelle commission AGRI a désormais plusieurs options : voter en faveur de la réforme actuelle de la PAC au sein de la commission et pousser le dossier vers un vote final au Parlement ; ou demander la révision complète du dossier par la Commission européenne. Il est toutefois difficile d’attendre des députés des décisions révolutionnaires, car le Parlement subit d’énormes pressions pour finaliser la réforme de la PAC et la soumettre à l’étape des négociations finales.

En juillet, Slow Food Europe, ainsi que d’autres organisations de la société civile ont appelé dans une lettre ouverte la Commission AGRI à présenter une réforme réellement écologique et équitable de la PAC, les modifications actuellement proposées étant cruellement inadaptées à l’ampleur des défis environnementaux et sociaux du secteur agricole européen.

Le 22 octobre, Slow Food Europe prendra part à la manifestation de Good Food Good Farming à Strasbourg, où des organisations de la société civile demanderont au Parlement européen d’entamer de toute urgence les changements nécessaires au système agricole européen.

Indre Anskaityte, Slow Food Europe

Photographie de Markus Spiske – Visages nouveaux et familiers à la Commission.

Pin It on Pinterest

Share This