Rencontre de l’Alliance Slow Food des Chefs en Toscane 200 cuisiniers de 7 pays différents rassemblés au nom de la lutte contre le changement climatique

La deuxième rencontre des cuisiniers de l’Alliance Slow Food des chefs s’est déroulée dimanche 15 et lundi 16 octobre à Montecatini Terme, en Toscane. Cet événement a réuni près de 200 cuisiniers venus de sept pays (l’Albanie, la Belgique, la France, l’Islande, l’Italie, les Pays-Bas et la Russie).

Au cœur de la rencontre de l’Alliance Slow Food des chefs, cette année, le changement climatique et les idées des chefs pour contribuer à la lutte contre ce phénomène.

Slow Food a lancé une campagne internationale visant à soutenir les projets de lutte contre le changement climatique, une campagne dont les chefs de l’Alliance seront les porte-parole.

Responsable de 21 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète, la production alimentaire fait à la fois figure de victime et de protagoniste du changement climatique. C’est la production par des systèmes intensifs et industrialisés, doublée du recours intensif à la chimie et à la mécanisation, à de grandes quantités d’eau, à des races animales sélectionnées et à des semences à haut rendement, qui est mise en cause. Ce modèle de production est voué à l’échec et est en train d’altérer la biodiversité de la planète. Contre ce modèle agricole, Slow Food propose au contraire de soutenir les communautés rurales qui produisent de manière durable et préservent des savoirs menacés de disparition.

L’Alliance Slow Food rassemble plus de 800 cuisiniers dans 20 pays du monde qui, de l’Albanie aux Pays-Bas en passant par le Maroc et le Mexique, soutiennent les petits producteurs garants de la biodiversité en cuisinant tous les jours des produits issus des Sentinelles, de l’Arche du Goût, ainsi que des fruits et légumes locaux « bons, propres et justes ».

Les cuisiniers de l’Alliance traduisent tous les jours par des actes concrets la campagne lancée par Slow Food en faveur de la biodiversité : de la lutte contre le changement climatique aux initiatives contre le gaspillage alimentaire, les OGM, la consommation excessive de viande. Mais ils vont encore plus loin : les chefs de l’Alliance voyagent, se rencontrent, participent à des événements, cuisinent ensemble. Ce fut le cas ce dimanche 15 au soir, par exemple, quand quatre cuisiniers respectivement albanais, russe, islandais et belge ont cuisiné ensemble pour tous leurs collègues réunis à Montecatini. Au cours de la journée, un marché de 50 producteurs des Sentinelles italiennes a permis de présenter au sein de la ville toscane une sélection des 500 produits menacés de disparition et mis en avant par Slow Food.

Damien Bouchéry est venu du restaurant Bouchéry, à Bruxelles, pour représenter l’Alliance Slow Food des Chefs de son pays: « Je suis heureux de faire partie de l’Alliance car elle reflète ce que je suis et ce en quoi je crois. Ce n’est pas si simple en Belgique, il reste beaucoup à faire pour créer des circuits courts entre producteurs et restaurants. Par chance, le gouvernement local met des terres à la disposition de quiconque veut cultiver des légumes à l’extérieur de la ville. Je me rends souvent dans ces jardins pour voir ce qu’ils proposent. Évidemment, il est très difficile de garantir l’approvisionnement de produits locaux en hiver, mais nous pouvons compter sur notre petit réseau pour obtenir des ingrédients de qualité. Ils coûtent plus cher, mais leur qualité en vaut vraiment la peine, et ils permettent de créer des emplois dans la région. »

Pour plus d’informations sur les membres de l’Alliance dans chaque pays : https://www.fondazioneslowfood.com/en/what-we-do/slow-food-chefs-alliance/

Pour tout autre renseignement vous pouvez contacter :

Service de presse internationale de Slow Food

Paola Nano, Giulia Capaldi

Slow Food est une organisation citoyenne internationale qui défend la vision d’un monde où nous avons tous accès à des aliments bénéfiques pour nous-mêmes, pour ceux qui les produisent, mais aussi pour la planète. Slow Food rassemble plus d’un million de militants, des cuisiniers, des experts, des jeunes, des agriculteurs, des pêcheurs et des universitaires dans plus de 160 pays. Parmi eux, environ 100 000 membres de Slow Food sont liés à 1500 initiatives locales à travers le monde. Ils contribuent au réseau aussi bien par le biais de leurs cotisations que par les événements et campagnes qu’ils organisent. Au sein du réseau Slow Food, plus de 2400 communautés alimentaires Terra Madre s’engagent dans la production durable et artisanale d’aliments de qualité, dans le monde entier.

Pin It on Pinterest

Share This