Toute la richesse de la biodiversité de la nourriture japonaise à Terra Madre Salone del Gusto.

C’est une pleine délégation en provenance du Pays du Soleil Levant qui arrivera à Turin, et comme le soutient avec beaucoup d’enthousiasme Remi le, conseillère internationale et présidente de Slow Food au Japon : « Je suis extrêmement fière de faire partie du réseau international de Slow Food, et de représenter la délégation japonaise qui participera à Terra Madre Salone del Gusto 2018. Je suis sûre qu’à travers l’échange et le dialogue avec des personnes de différentes cultures, langues et traditions, chacun de nous retournera chez soi enrichi, et avec un nouvel enthousiasme, afin de poursuivre nos activités et construire ensemble un meilleur futur pour notre planète. »

Slow Food au Japon héberge un des espaces internationaux les plus attendus du Marché.

Ici vous trouverez des produits à bord de l’Arche du Goût, parmi lesquels la traditionnelle conserve de bonite au sel. Nous sommes bien dans le monde de Slow Fish. La bonite est l’ingrédient principal du shio-katsuo, sa préparation nécessite que la bonite surgelée soit décongelée, lavée, abondamment salée à l’intérieur comme à l’extérieur, avant de reposer pendant au moins deux semaines. Après cette période, elle est immergée dans la saumure précédemment utilisée pour la conserver, avant d’être rincée. Les poissons sont alors ouverts à l’aide de baguettes de bambou et attachés puis suspendus par deux. À ce stade, le poisson sèche à l’ombre pendant au moins trois semaines. À l’origine, ce poisson n’était pas seulement préparé pour en faire un plat, il était aussi vu comme une nourriture sacrée à offrir à une divinité, aujourd’hui il s’agit de la production d’une poignée de pêcheurs.

En plus de la bonite, vous trouverez aussi l’arima sancho, aussi connu sous le nom de poivre japonais. D’autres produits à bord de l’Arche du Goût seront présents au sein des nombreuses Communautés de la nourriture de Terra Madre, y compris un groupe de délégués de Kōbe qui partageront quelques produits typiques de leur ville, et deux producteurs de bovins, le premier de bovins Tajima et le second de bovins Matsusaka. Les pêcheurs membres de l’Association de Pêche au Japon (Japan Fisheries Association), partenaire de Slow Food au Japon pour le développement de la campagne Slow Fish au Japon, participeront eux-aussi. De plus Slow Food au Japon partagera son stand avec les représentants d’Aqua Ignis, avec qui un partenariat a récemment été établi, ainsi qu’avec Cookpad, la plus grande communauté de partage de recettes en ligne, largement diffusée au Japon.

Mais Terra Madre Salone del Gusto sera aussi l’occasion d’annoncer un nouveau projet, Slow Sake, lancé en 2017 pour appliquer les valeurs de Slow Wine et de Slow Food à la production traditionnelle de ce « vin de riz » et pour soutenir les producteurs qui respectent l’environnement, les cultures locales et les techniques traditionnelles de production. Ces producteurs de saké seront impliqués au sein d’activités et d’évènements sur le sujet, mais ces évènements demeurent en état de définition, nous vous invitons donc à nous suivre pour ne pas perdre de vue les nouveautés !

Voici quelques suggestions pour goûter aux saveurs du Japon lors de Terra Madre Salone del Gusto

Le sushi est probablement le plat japonais le plus connu au monde et le plus apprécié par les japonais eux-mêmes, de ce fait il ne pouvait pas être aux abonnés absents. Le rendez-vous est le suivant : Slow Sushi : le poisson cru au Japon (21 septembre à 17h30) : grâce à Yoshi Tezuka – chef sushi de quatrième génération au restaurant Matsunozushi, une institution à Tokyo fondée il y a plus de 100 ans – le public découvrira l’art et la culture du sushi, sa préparation et les authentiques saveurs du poisson cru dans un plat traditionnel. La rencontre affiche déjà complet…

… mais il y a aussi un autre rendez-vous dédié à un produit typique du Japon toujours plus diffusé : le tofu, protagoniste de l’École de Cuisine L’art de préparer le Shima-Tofu (23 septembre à 13h00 – Turin Lingotto Fiere). Saviez-vous que le shima-tofu parfait est conçu dans l’ile d’Okinawa et qu’il est différent dans le reste du Japon ? Pourquoi ? Parce qu’on utilise encore une variété de soja local, cultivée à l’aide de techniques durables. Ce sont les délégués de l’Aiai Farm qui nous initieront au monde de l’authentique shima-tofu ; l’Aiai Farm, à la fois exploitation, restaurant et école, offre à son public des laboratoires pratiques, dans lesquels on apprend en réalisant. Au-delà de ses usages en cuisine, nous approfondirons aussi les propriétés nutritionnelles du shima-tofu.

Cliquez ici pour voir la liste des évènements disponibles, constamment mise à jour.

 

Pin It on Pinterest

Share This