Johnnice Divilli (22 ans) et Peter Roe (17 ans), sont deux jeunes indigènes d’Australie-Occidentale, qui quitteront leurs communautés isolées de Kimberley en septembre, pour se rendre au cœur de la gastronomie européenne pour le plus grand événement culinaire culturel du monde.

 

Prévu pour attirer un million de personnes dans la ville italienne de Turin, Terra Madre Salone del Gusto est l’événement phare du mouvement Slow Food, et un rassemblement biennal sans précédent de producteurs, chefs, éducateurs, activistes et gastronomes de plus de 140 pays dans le monde.

Comment un lycéen de Broome et une mère célibataire de trois enfants de la petite communauté de Pandanus Park, à 50 km de Derby, ont-ils pu rejoindre une délégation WA dirigée par le convivium de Slow Food Swan Valley and Eastern Regions (Slow Food SV) ?

Grace à Enter Prepare Produce Provide (PPP), une organisation à but non lucratif formée par un groupe d’enseignants passionnés d’économie domestique, qui propose aux jeunes autochtones des moyens de raconter leur histoire et d’explorer leur culture à travers la nourriture et l’hospitalité.

Slow Food SV et PPP ont uni leurs forces pour la première fois en 2016 pour emmener deux étudiants indigènes et Dale Tillbrook, un ancien de Wardandi Bibbulmun, à Terra Madre. Sur la base des résultats de ce voyage inaugural, la délégation de cette année comprendra deux autres aînés autochtones très respectés, Noel Nannup et Tahn Donovan. Avec les élèves, ils présenteront dans plusieurs forums à Terra Madre l’histoire et les techniques de l’agriculture aborigène ainsi que les défis et les opportunités auxquels est confrontée l’industrie australienne des aliments de brousse.

Dale se souvient de sa surprise devant le manque de connaissances sur la culture alimentaire autochtone et le vif intérêt des délégués à la suite de son discours à Indigenous Terra Madre en 2016.

« Quand j’ai parlé de Noongyar six saisons et du déplacement à travers la terre en fonction des saisons, de notre approche de l’agriculture et de la culture avec des bâtons de feu, les gens en étaient restés sans voix. Ils n’avaient jamais entendu parler de notre culture ou de la sophistication de nos liens avec la terre. Par la suite, j’ai été contacté par des gens qui voulaient en savoir plus, dit Dale.

Dale agira comme guide et mentor auprès des élèves et a déclaré que l’expérience de Terra Madre » les influencera d’une manière que nous ne pouvons même pas imaginer en termes de confiance en soi, d’estime de soi et d’être entendus quand ils parlent « .

« C’est accablant et effrayant, mais c’est tellement valorisant de savoir qu’on est en possession des connaissances que les autres veulent. »

C’est la soif de Johnnice pour le savoir traditionnel et son désir de le transmettre aux générations futures qui ont attiré l’attention du PPP. Née à Derby et scolarisée à Perth, Johnnice « Gecko » Divilli est une femme Nykina très liée au peuple Ngarinyin du Mt Barnett voisin. Son amour pour la nourriture est inextricablement lié à sa famille et à son pays et cet amour a commencé dès son enfance, aux côtés de sa mère.

Sa mère, l’un des six enfants d’une famille très unie, chargeait des foules d’enfants de la communauté avec le strict nécessaire dans des voitures et partait en forêt pendant une semaine avec des aînés de la communauté. Presque tout ce qu’ils mangeaient, devait être capturé, chassé ou cueilli.

« Nous ne sommes jamais restés en ville pendant les vacances scolaires ; nous étions toujours en pleine brousse « , se souvient affectueusement Johnnice.

« Nous attrapions les dindes de brousse par temps froid et les barramundidans la rivière (Fitzroy), mais seulement quand il faisait chaud. »

Elle a également parlé de la chasse aux tortues à long cou, de la pêche à la dorade noire et de la cueillette de bananes « magabala« . Aller dans la brousse et apprendre les méthodes traditionnelles de recherche de nourriture et de cuisine est une expérience déterminante qu’elle partage maintenant avec ses trois filles et les enfants qui fréquentent le Pandanus Early Learning Centre où elle travaille.

Limitée par le prix et l’accessibilité des légumes frais dans sa communauté, Johnnice travaille avec d’autres parents et les aînés de la communauté pour établir un jardin potager et d’aliments de brousse dans le groupe de jeu pour enseigner aux enfants locaux la nutrition, la provenance et l’autosuffisance alimentaire et pour transmettre les connaissances traditionnelles.

« Je veux en savoir plus », dit-elle.

« Je suis excitée et un peu nerveuse d’aller en Italie. Mais je veux en apprendre plus sur les autres cultures indigènes, apprendre comment elles font les choses, avoir des idées et ensuite partager cette expérience quand je rentre chez moi. »

Plus d’informations :

Johnnice Divilli : Jeune ambassadrice pour l’alimentation
Peter Roe : Jeune ambassadeur de l’alimentation

 

Pin It on Pinterest

Share This