La semaine dernière, Slow Food a officiellement lancé une enquête en ligne destinée aux milliers de petits producteurs de son réseau et d’associations partenaires de 7 pays européens. Ce questionnaire est diffusé en Italie, en France, en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède, et en Roumanie afin de disposer d’une représentation géographique satisfaisante.

À la lumière de la future réforme de la politique agricole commune (PAC), l’objectif de cette consultation est double : d’une part, recueillir les opinions des agriculteurs et des transformateurs alimentaires qui produisent une alimentation bonne, propre, et juste, quant aux répercussions des mesures actuelles sur leur activité, et, d’autre part, dresser l’état des lieux de leurs besoins réels pour améliorer leurs conditions de travail. Elle s’intéresse aux problèmes critiques qui entravent leur activité, même s’ils ne sont pas directement liés à la PAC. C’est ainsi le cas des réglementations en matière d’hygiène qui, bien qu’elles soient à l’évidence nécessaires, se révèlent compliquées et souvent difficiles à mettre en œuvre pour les petits producteurs.

L’analyse des résultats sera confiée à une société spécialisée dans les sondages.

Cette consultation s’inscrit dans le cadre des activités que mène Slow Food pour promouvoir des politiques alimentaires plus inclusives et plus efficaces, capables de soutenir des systèmes alimentaires durables en Europe.

En mars, Slow Food et plus de 150 autres organisations de la société civile ont signé une déclaration commune Une bonne alimentation, une bonne agriculture : maintenant ! dans laquelle elles ouvrent des premières pistes pour l’avenir de la PAC. Souhaitant poursuivre ce processus participatif avec les institutions européennes, Slow Food a répondu à la consultation de la Commission européenne sur la modernisation et la simplification de la PAC, mettant en exergue les points clés à considérer pour sa réforme, prévue en 2020. Slow Food fait clairement la demande d’une transition de la politique agricole commune à une politique alimentaire commune, afin de prendre en compte le système alimentaire dans son ensemble. La réponse de Slow Food à la Commission européenne est disponible ici.

Dans ce cadre, la consultation de Slow Food se veut un outil pour faire entendre la voix des petits et moyens producteurs auprès des institutions européennes, en sensibilisant davantage ces dernières aux besoins urgents de ceux qui s’engagent déjà pour la promotion d’un système alimentaire plus durable, mais dont l’action est souvent déconsidérée ou gênée au lieu d’être reconnue et soutenue.

Les premiers résultats de la consultation seront présentés lors de la conférence From the CAP to Hygiene Rules: Needs of Small-scale Producers in the EU qui se déroulera au cours du salon international CHEESE de Slow Food (du 15 au 18 septembre à Bra). Un rapport final sera disponible en fin d’année.

Cliquez ici pour vous abonner à notre newsletter et recevoir des mises à jour sur les résultats de la consultation ainsi que sur les activités de Slow Food.

Pin It on Pinterest

Share This