Le 7e Congrès international de Slow Food se déroulera à Chengdu (Chine) du 29 septembre au 1er octobre 2017. Il devrait accueillir une importante délégation du monde entier : 400 activistes alimentaires de 90 pays y sont en effet attendus.

Le Congrès international est l’un des temps forts de la vie du mouvement Slow Food. Il lui permet de valider son orientation en matière de politique, de stratégie, de vision, et d’organisation au niveau international et, partant, au niveau national, régional, et local.

Le défi du changement climatique sera au cœur des thèmes abordés. Pour Slow Food, agriculture et production alimentaire sont l’un des principaux facteurs du changement climatique, mais elles peuvent aussi en devenir l’une des solutions. Acteur fondamental du système alimentaire mondial, la Chine peut apporter des réponses décisives à ce défi mondial.

La Chine est confrontée à l’un des plus importants dilemmes agricoles du monde : comment nourrir un cinquième de l’humanité en ne disposant que de 7 % des terres agricoles disponibles ? Par le passé, pour y répondre, la Chine a malheureusement fait le choix d’une industrialisation à marche forcée et des produits chimiques, s’appuyant massivement sur les pesticides et les engrais de synthèse. À l’évidence, au regard de la taille du pays, de sa population, et de son économie, l’impact environnemental d’un tel système de production pèse lourdement sur l’ensemble de la planète.

L’organisation du 7e Congrès international de Slow Food en Chine est, également pour cette raison, une décision stratégique, qui marque une étape importante. Depuis 1989, année de création de Slow Food en tant qu’association internationale, le mouvement est devenu une organisation alimentaire mondiale, soutenue par des millions de personnes dans plus de 160 pays, et œuvrant pour que chacun ait accès à une alimentation saine, propre, et équitable.

Le réseau de Slow Food en Chine s’attèle depuis 2015 à plusieurs projets qui visent à préserver la biodiversité alimentaire et à protéger la richesse des paysages et des habitats qui caractérise ce pays.

« En nous appuyant sur l’expérience de communautés alimentaires du monde entier qui préservent la résilience de leurs territoires locaux et s’engagent pour un bien-être équitable et harmonieux, Slow Food peut contribuer au débat en proposant des pistes à suivre », affirme Carlo Petrini, fondateur et président de Slow Food.

« C’est pour cette raison qu’à Chengdu, nous devons parler du climat, de la biodiversité, et de la nouvelle économie, et que nous devons présenter nos projets les plus nobles et les plus ambitieux pour trouver les bonnes solutions pour les bons territoires au bon moment. De même, nous devons repenser notre rôle dans un monde qui change, un monde où nous voulons, où nous devons, être des pionniers. En effet, l’alimentation est ce qui nous permet de vivre et de nous rencontrer – elle constitue notre identité et notre fenêtre sur le monde ».

Le Congrès international de Slow Food est un événement neutre en carbone grâce à la contribution de SouthPole Group – une entreprise internationale spécialisée dans la réduction des émissions à effet de serre qui propose une large gamme de solutions de développement durable tant aux organisations publiques que privées. SouthPole Group compensera l’empreinte carbone et gérera les compensations carbone du Congrès, y compris des vols aériens, grâce à son projet de réseau de petites centrales hydroélectriques en Chine rurale.

Le Congrès international de Slow Food bénéficie du concours des partenaires suivants : Autogrill, Colussi, Di Martino, Eataly, Lavazza, et Rivetti. Partenaire juridique : BLB Studio Legale.

Pin It on Pinterest

Share This